Non à la création de “moustiqueraies” dans les abords de Villeneuve !

Lors de la séance du 10 mai 2012, le conseiller communal UDC Thierry Schwitzguébel a posé une question à la Muncipalité de Villeneuve concernant le projet de création de gouilles pour grenouilles, et surtout de moustiques, dans la réserve des Grangettes à Noville.

Madame la Syndique, Mesdames et Messieurs les Municipaux,

J’apprends par voie de presse et de mise à l’enquête publique, que dans le voisinage immédiat de la Commune, sur le territoire de Noville, un groupement d’individus souhaite créer une dizaine de mares destinées à la prolifération des moustiques et des grenouilles.

En qualité de “Grenouille” et membre de la Rainette, je devrais être ravi, il n’en est rien !

Il y a une vingtaine d’années, lors de mon établissement à Villeneuve, les grenouilles se portaient à merveille. On les entendait coasser jusque dans la Grand-Rue. C’est alors que ces apprentis sorciers ont commencé à vouloir modifier l’environnement pour encore mieux le protéger suivant des recettes simplistes. Ils ont d’abord construit une digue qui a eu pour effet de multiplier la population de cormorans; ils ont ensuite curé les étangs existants et érigé des butes avec les matériaux extraits, ce qui a créé des promontoires de chasse pour les hérons; ils ont finalement installé des radeaux pour attirer encore plus de prédateurs des grenouilles.

Et les grenouilles ont cessé de coasser ! Comme c’est étrange…

Aujourd’hui, ces apprentis sorciers accusent les travaux d’assainissement de la Plaine du Rhône, vieux de plusieurs générations, comme cause de la disparition des grenouilles. Ils souhaitent recréer des mares pour que les moustiques et les grenouilles ce multiplient à nouveau aux portes de notre Commune au lieu de contrôler au moins partiellement les populations de prédateurs qui n’ont à ce niveau de concentration plus aucun intérêt écologique. Cela tient de la “logique à Bonzon”.

Favoriser la multiplication des moustiques au voisinage de notre Commune est une injure au travail fourni par les nombreuses générations qui nous ont précédées et qui, elles, vivaient sous la pression d’un environnement hostile.

Cet activisme déraisonnable devient un problème de salubrité publique. Il n’est pas concevable de vouloir au nom d’une idéologie recréer des conditions environnementales propices à la dissémination de maladies et de nuisances aux portes de notre Commune.

Le dossier de mise à l’enquête de ces cloaques est en consultation publique dans les bureaux de la Commune de Noville jusqu’au 17 mai. Il y a donc urgence.

La Municipalité a-t-elle étudié ce dossier ?

Pouvons-nous espérer que la Municipalité se détermine et dépose une opposition avant la clôture de cette enquête au nom de la salubrité publique ?

De nombreux Villeneuvois se plaignent déjà régulièrement des invasions de moustiques auprès du Syndic de Noville. C’est une question générale de qualité de vie et de bon sens.

Je vous remercie pour votre attention et souhaiterais connaître vos réactions à chaud étant donné les délais impartis par cette enquête publique.

Thierry Schwitzguébel

 

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut